Quand la nuit tombe et que les ombres parlent,

J’ aime outre-tombe vous montrer que je hurle.

Je suis la bête aux mordillements malins,

Le long des lèvres cristalline de ma copine,

Je la rejoins jusqu’ au matin,

Effleure la coque de ses seins où ma langue patine,

Je m’ enfuirai par les carreaux,

Nager le ciel et les corbeaux,

Car la journée j’ ai le drapeau,

Levé braqué, arc-bouté,

Noir comme le noir des anarchistes,

Noir comme ceux qui creusent le schiste.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s