Du malsain, de l’ horreur,

Je n’ en saurais que faire.

Lapider les tueurs,

Résoudra-t-il l’ affaire ?

Au gré des coups d’ éclats,

Barcelone en malheur,

Il n’ y a plus d’ attentats,

Qui pourraient me faire peur.

Car j’ ai l’ esprit durci,

Et puis anesthésié,

Le moindre colibri, 

Rend meilleure ma journée.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s