Du malsain, de l’ horreur,

Je n’ en saurais que faire.

Lapider les tueurs,

Résoudra-t-il l’ affaire ?

Au gré des coups d’ éclats,

Barcelone en malheur,

Il n’ y a plus d’ attentats,

Qui pourraient me faire peur.

Car j’ ai l’ esprit durci,

Et puis anesthésié,

Le moindre colibri, 

Rend meilleure ma journée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s