Les enchevêtrements de Barcelone me reviennent à l’ esprit. Je ne suis qu’ une cagoule endormie. Je suis mal instruit.

Des catacombes aux filles de joie, et de la bombe à l’ attentat.

Pardonne moi ô Allah, si je ne te suis plus.

Pardonne moi ô Allah, car je ne veux plus,

Etre un de tes martyrs, face aux zones de tirs.

Lèche moi là où ça fait mal : là où j’ ai une plaie par balle.

Je me mettrais à nu, déterré s’ il a plu.

De cadavres en veux-tu, viens je t’ emmène par là.

La camionnette est pleine, oui pleine de madeleines,

La vie en chocolat,

Les pieds roses bonbon,

Car les enfants aiment ça,

Je ne suis pas mignon : le flingue à la ceinture, je démarre la voiture, cascades macabres, mais où suis-je ?

Dieu seul le sait, et pourtant je ne viens pas à lui, je le fuis de cette manière : l’ on m’ endormi…

A coup de tu seras béni, à coup de sorts et d’ ironie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s