J’ aurais cru parcourir,

Les prés de rose et d’ or,

Et ne pas voir surgir,

Le début de ma mort.

Une lumière couleur bière,

M’ attire en son repère,

Le bistrot d’ à côté,

Me promet la tournée,

Pour donner la couleur,

Qui va à ma douleur.

J’ aurais cru m’ appeler,

D’ un nom vestige du temps,

Et ne plus calculer,

Les sommes et les argents.

J’ aurais cru lui offrir,

Tout ce qu’ elle a manqué,

Avec elle vieillir,

Oublier le passé.

J’ aurais cru le futur,

Sans faute et sans rature,

Mais je suis malgré moi,

Le dernier des fracas.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s