L’ horloge s’ avance vers moi,

Ce qu’ elle ne devrait pas,

Elle devrait fondre et pondre les heures

Perpendiculairement synchrones au cosmos.

« Laisse parler les bonnes gens, ils ont des montres en or »

J’ avais oublié les voix

Du passé qui reviennent,

Et oublié les pas,

Encore une fois, tu la ramènes,

Avec toi cette larme,

Que je tenaille car c’ est un diamant,

Perlent les gouttes de tes amants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s