Sans compter je dépense,

Ce que mon âme compense,

Par l’attrait des déesses,

Qui me promettent richesse.

Je me retrouve à nu,

Face aux autres vertus,

Que sont la bienveillance,

Je ne crois qu’ en la chance.

Est-elle liée au destin ?

En tout cas elle et moi,

Nous ne faisons plus qu’ un,

Qui voudra me croira.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s