Dans les délires de la souffrance,

Je me complais avec aisance.

Reste à savoir si à jamais,

J’ y serai acharné cloîtré.

En tout cas il n’ y a qu’ en elle,

Que je me sens bien immortel.

La science est faite pour l’ infini,

Ou bien pour nous causer soucis.

Elle m’ emportera avec elle,

Sur une pleine route jouant marelle.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s