Les corbeaux affamés,

Des pigeons la traîtrise,

De leur avoir piqué,

Sur le pain la main-mise.

Ils croassent, croassent,

Face à ces vils oiseaux,

Et brusquement les chassent,

Du minuscule point d’ eau.

Que veux tu qu’ on y fasse,

C’ est les rois les corbeaux.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s