En vous accompagnant

Ganesh

La force est au plus combatif 

Qui résiste à tous aléas

Je ne céderai sous point motif

Le fils du plus grand dieu Shiva

Là pour allumer la mèche

Et vous récompenser ainsi

La défense ferme je suis Ganesh

Je soutiendrai toute votre vie.

 

Publicités

Je compte les jours

9c73902b50612f723a2b49d62658e8d5

Sauter d’ humeur crier de joie

Vers la folie il n’ y a qu’ un pas,

Vivre de rien clamer le coeur,

Boire la plus bonne des liqueurs

J’ aime la vie j’ aime les parfums 

Il font laisser aller chemins

Vers la gloire ou le désespoir

Je compte les jours que j’ ai d’ amour

OUIJA vs HINDOUISME

J’ ai fait la demande à Ouija,

De faire venir Vivekenenda,

J’ en fus apaisé puis troublé,

Quand mon esprit s’ est en allé.

A coup de multiples mantras,

J’ ai sauté beaucoup de repas,

Je me suis trouvé aux urgences,

Mon Dieu, vous m’ avez fait la chance.

Christophe au ciel Lily au coeur

Regardant la flamme de mon coeur,

Je vois le crépuscule naissant,

Et Dieu m’ insuffle le bonheur,

Je me sens minuscule mais grand.

Il a fait partir les chagrins,

Que je portais tous les matins,

Pensées pour mon frère aux abords,

D’ un paradis au nord du nord,

Où les farfelus sont légion,

Et les mecs tordus en prison,

Lui avait le bon caractère,

De ne pas oublier la Terre,

Et de là-haut, petite Lily,

Sache qu’ il te voit et te sourit.

Tonton Julien

 

Perle

Elle a pris fracture,

Celle de mon coeur,

Ouvert comme des fleurs,

Livrées à l’ entier du monde.

Je l’ aime comme l’ Inde a béni la paix des animaux lorsqu’ elle fût végétarienne et partie vers le silence éternel des ascètes reclus bénis et joyeux sans le montrer : discrétion assurée

Valérie centre de mon monde et perle des océans.

Barcelone

Les enchevêtrements de Barcelone me reviennent à l’ esprit. Je ne suis qu’ une cagoule endormie. Je suis mal instruit.

Des catacombes aux filles de joie, et de la bombe à l’ attentat.

Pardonne moi ô Allah, si je ne te suis plus.

Pardonne moi ô Allah, car je ne veux plus,

Etre un de tes martyrs, face aux zones de tirs.

Lèche moi là où ça fait mal : là où j’ ai une plaie par balle.

Je me mettrais à nu, déterré s’ il a plu.

De cadavres en veux-tu, viens je t’ emmène par là.

La camionnette est pleine, oui pleine de madeleines,

La vie en chocolat,

Les pieds roses bonbon,

Car les enfants aiment ça,

Je ne suis pas mignon : le flingue à la ceinture, je démarre la voiture, cascades macabres, mais où suis-je ?

Dieu seul le sait, et pourtant je ne viens pas à lui, je le fuis de cette manière : l’ on m’ endormi…

A coup de tu seras béni, à coup de sorts et d’ ironie !

Chistophe

Au creux des cieux git là,

Le coeur d’ Anamounia,

Tout parsemé d’ étoiles,

Adouci de pétales,

L’ âme libre dans les arbres,

Les tourterelles au ciel.

Christophe s’ échappera,

Car son âme délivrée,

Au gré du samsara,

Le moksha achevé.

Il pleut, il ne pleut plus,

Je ne pleure déjà plus

Tu es mon socle

De ma vie tu es le mantra,

Je suis ton desiderata.

Parcours le flanc de mes excuses,

Et pardonne moi, pitié pas l’ écluse.

Je me noierai de propres larmes,

Et laisserai derrière moi le drame

De tout un monde : les armes.

Parcours le Ganga,

Et qu’ il te noie de ses miracles,

Je viens à toi tu es mon socle.

Vous verrez

Je n’ ai pas peur de mes erreurs, je sais qu’ elles existent pour détourner les yeux des gens de ma vérité.

Je sais ce que je vaux et rien, aucun obstacle, n’ arrêtera l’ illumination absolue de l’ univers par mon âme.

Vous verrez comment l’ absolu se manifeste au gré des lumières, des scintillements et de mon esprit flamboyant.

Puisse t’ aider

J’ ai touché à l’ hindouisme,

Comme on effleure romance.

Pas besoin de tourisme,

Pour plonger en l’ errance,

Dans les contrées mon âme,

Laisse échapper les drames,

De la vie, de la pluie,

Protégé des ennuis,

Et vouant à Shiva,

Mon tout entier karma.

Puisse religion t’ aider,

A remonter la pente,

Comme moi je le fais,

Tristesse n’ est qu’ apparente.